Ce qui caractérisait le monde du travail en Guadeloupe en 2017

L’Insee a publié le premier document de synthèse sur l’emploi en 2017 et dans les années antérieures. Parmi les points marquants, on distingue l’importance du secteur tertiaire dans les Antilles ainsi que la part significative du travail précaire.

Un chômage bien plus important dans les Antilles

Les principales caractéristiques du monde du travail de notre île ont été dévoilées dans la nouvelle enquête de l’Insee. L’an passé, on dénombrait 22% de chômeurs soit approximativement 35 000 hommes et femmes inscrits à Pôle Emploi. Certes, ce pourcentage a décliné de 2 points par rapport à la période 2014 – 2016, mais il contraste assurément avec le chiffre observé en France métropolitaine. Dans l’Hexagone, il ne s’élèvait qu’à 8,6% en 2017. Un autre aspect attire notre attention quand on se penche sur la publication de l’Insee. Nous apprenons qu’il y avait environ 14 000 personnes concernées par le sous emploi (temps partiel, chômage partiel, chômage technique) en Guadeloupe l’année dernière, soit 12% des actifs occupés. Les publics les plus touchés sont notamment les employés non qualifiés et les jeunes. Sur notre territoire, 8 employés sur 10 évoluent dans le secteur tertiaire. 93% des femmes exerçent une activité dans le milieu des “services” contre seulement 68% des hommes.

Les tendances en 2018

L’Insee ne s’arrête pas là et apporte aussi d’autres éclairages sur le marché du travail. Ses enquêtes ont notamment pour but d’orienter plus efficacement les demandeurs d’emploi vers des parcours formateurs et des métiers en adéquation avec les besoins du marché du travail. On note en premier lieu que la part des embauches à caractère saisonnier va sensiblement diminuer en 2018 du fait des dégâts provoqués par les cyclones de l’automne dernier. Celle-ci perd en effet 18,4 points de pourcentage ! Vous recherchez un premier emploi ou aimeriez simplement en retrouver un ? Les employeurs convoiteront essentiellement des agents d’entretiens de locaux, des aides à domiciles /aides ménagères et des serveurs de cafés / restaurants d’après l’Insee.